KSB propulse Ariane 6 dans les étoiles

-
site de lancement ariane 6

Connaissez-vous le lanceur spatial Ariane 6 ? En 2017, les équipes KSB contribuent au développement de cette solution de lancement spatial en fournissant des vannes cryogéniques. José Da Rocha, Responsable des ventes sur le marché des gaz industriels chez KSB nous partage son expérience.

Pouvez-vous nous parler du projet Ariane 6 ?

Les nouveaux moteurs d’Ariane fonctionnent avec de l’Hydrogène et de l’Oxygène, une nouvelle énergie de propulsion compatible avec l’augmentation de la charge de transport de satellites de communication. Pour rendre possible ce projet, une nouvelle base de lancement a été construite à Kourou et nommée ELA4, pour Equipment de Lancement Ariane, 4ème pas de tir (Pad Launch). KSB ne travaille pas directement pour Ariane 6, mais pour une grande entreprise, leader mondial des hautes technologies dans le domaine des gaz.

En quoi consiste votre collaboration avec cette entreprise ?

Notre client est en charge d’apporter des solutions au programme Ariane 6.

Ce département d’un grand groupe est spécialiste du développement de projets dit « Grand Froid ». Il s’agit d’installations de grande technicité sur des gaz liquéfiés comme l’Hélium ou l’Hydrogène dont il assure la conception et la construction. Nous les accompagnons dans leurs développements en leur apportant des solutions techniques répondant à des cahiers des charges complexes et contraignants de secteurs de pointe comme la recherche et le spatial, et ici Ariane 6. Notre collaboration a démarré en 2017 notamment avec Lilian Rey, ingénieur d’affaires robinetterie KSB de notre agence Rhône Méditerranée.  

La solution proposée est une vanne cryogénique, de quoi s’agit-il ?

Nous définissons une vanne cryogénique par la température des fluides qu’elle véhicule. En dessous de -50°C, les vannes sont dites « cryogéniques ». Dans notre usine de La Roche Chalais, nous avons fabriqué des vannes cryogéniques fonctionnant à des températures de -270°C qui est la température de l’Hélium liquide. C’était pour le refroidissement du Tokamak du projet ITER avec ce client également.

Quelles sont les avantages des vannes Danaïs Cryo dans cet environnement ?

Depuis plus de 40 ans, ces vannes cryogéniques font la fierté des collaborateurs de notre usine de La Roche-Chalais et sont plébiscitées par nos clients. Elles sont privilégiées pour leurs excellentes performances d’étanchéité, les nombreuses rallonges cryogéniques qui offrent un large choix de possibilités, leur fiabilité dans les installations sensibles où les déficiences ne sont pas permises. Sur ce marché, cette vanne est la seule à autoriser des possibilités d’installations sans limites, y compris tête-en-bas grâce à une conception développée par notre centre de recherche à Gradignan.

Y-a-il des contraintes particulières à ce projet spatial ?

Oui en effet, deux types de contraintes d’une part à propos des performances d’étanchéité au siège et d’autre part concernant les émissions fugitives (les taux de fuites vers l’extérieur). L’hydrogène étant extrêmement explosif, les vannes doivent être en mesure de garantir le minimum de risques de fuites d’Hydrogène dans l’atmosphère : ce critère est rédhibitoire. Par ailleurs, ELA4 étant située en bord de mer dans un environnement tropical, une garantie d’intégrité de fonctionnement dans cette ambiance agressive et intrusive est exigée pour les accessoires pneumatiques. Pas de place pour une panne dans un lancement de fusée, comme nous pouvons l’imaginer.

Que dire de l’avenir de KSB dans le domaine spatial ?

Nous sommes prêts à relever d’autres défis techniques quand ils se présenteront.

José Da Rocha a exercé le métier de Projeteur Projet dans le domaine du traitement d’eau, de l’exploitation du pétrole, de l’automobile et de l’aviation, puis de responsable installations Projet et superviseur de chantier Projet. Il a rejoint KSB en 2011 et est aujourd’hui Industrial Sales Manager à L’usine KSB de La Roche Chalais dans le département Projet, Premium Engineered.