Process Agroalimentaire #4 : SIP / CIP, comment garantir l’hygiène et la sécurité des pompes ?

- - -
Frédéric Boudin, responsable de secteur General Business dans la région Atlantique chez KSB

d’une hygiène

Le matériel destiné à l’industrie agroalimentaire doit faire l’objet d’une hygiène irréprochable et respecter certaines normes dans leur entretien. Frédéric Boudin, responsable de secteur General Business dans la région Atlantique nous explique les procédés SIP et CIP utilisés par les industriels pour l’entretien de leurs pompes.

 

Que signifient CIP et SIP (ou NEP et SEP) ?

CIP signifie ‘Clean in place’ ou nettoyage en place (NEP).

SIP signifie ‘sterilization in place ‘ ou stérilisation en place (SEP).

Il s’agit de procédés permettant le nettoyage et la stérilisation de l’ensemble de la tuyauterie et des organes sur un process alimentaire.

Le NEP se fait par la circulation dans la tuyauterie de détergents (généralement acide et soude) jusqu’à ce que la qualité de rinçage soit propre.

La SEP est réalisée avec de la vapeur d’eau à 120 °C à une pression de 2 bars sur une durée de 60 à 70 minutes et termine le nettoyage.

A quoi servent les pompes KSB qui sont dédiées au process alimentaire et celles qui le sont au nettoyage ?

Dans un process alimentaire, il peut y avoir des pompes, par exemple pour le transfert de lait, jus de fruits, bière… Une fois que le process alimentaire est fini, il faut nettoyer les tuyaux de l’installation. Pour ce nettoyage, d’autres pompes sont nécessaires.

Lors du nettoyage en place, les pompes de CIP/NEP permettent d’envoyer des solutions acides puis basiques (soude) afin de nettoyer l’ensemble de la tuyauterie ainsi que les pompes du process alimentaire qui se font nettoyer et stériliser comme n’importe quel autre organe (vannes, clapets…). Celles-ci doivent donc être facilement nettoyables et supporter la stérilisation faite par haute température (SIP/SEP).

Chez KSB, nous proposons les pompes de la gamme VITA qui convient aux deux usages : process alimentaire et NEP. En effet, d’une part, elles répondent aux exigences des normes d’alimentarité, elles sont nettoyables sans démontage, elles n’ont aucune zone de rétention et elles peuvent supporter la vapeur d’eau à 120°C, d’autre part, on les retrouve sur le NEP puisqu’elles supportent les solutions à base d’acide ou de soude.

Comment les clients choisissent-ils leur pompe ?

Le choix de la pompe se fait en fonction du besoin. Avant de faire votre choix, assurez-vous que la pompe en question correspond à vos besoins. Demandez aussi quelles sont les certifications du constructeur. La commission européenne a fixé son règlement n°1935/2004 qui s’applique aux matériaux en contact avec les denrées alimentaires. C’est une exigence courante, il peut y en avoir d’autres.

Ensuite, faites votre choix en fonction de son utilisation et des caractéristiques du fluide :

Pour les process alimentaires avec des matières visqueuses (Chocolat, caramel, dentifrice…), il convient d’utiliser des pompes volumétriques comme notre pompe à lobes VITALOBE.

Pour les fluides liquides et clairs, la gamme VITACAST convient parfaitement avec de très hauts rendements et un corps en inox moulé très résistant. S’il y a des particules, notre gamme de VITACHROM a une section de passage plus importante.

Pour les pressions plus fortes avec des débits plus faibles, la gamme VITASTAGE multicellulaire convient.

Pour le CIP/NEP, la gamme VITACAST est idéale et permet de rationaliser le modèle de pompe sur le site industriel.

Le liquide de rinçage du NEP fini souvent dans une bâche. Une pompe VITAPRIME permet de renvoyer facilement vers la station de traitement. En effet, c’est une pompe à canal latéral auto-amorçante, ce qui fait d’elle, une excellente pompe de reprise de NEP.